GenerationGinette

La transition d'une fille des années 90's
Mes fails Zéro Déchet

Mes fails Zéro Déchet

Salut, salut,

Je vais vous parler de mes erreurs du quotidien concernant le zéro déchet.

On a beau vouloir bien faire et s’améliorer dans la démarche, il arrive qu’on se trompe ou que certaines habitudes résistent.

  1. Les courses

    Les courses restent notre point faible. On a arrêté d’acheter tous les produits transformés, ou presque, du type plats préparés et pâtisseries. On cuisine plus et pas mal de légumes. Régulièrement, je fais des gâteaux ou des tartes, des yaourts et crèmes maison.

    Notre viande rouge vient d’un producteur local. Même si c’est emballé sous vide, on préfère ça que des barquettes de viande. De plus, on sait que le producteur sera mieux rémunéré.

    On ramène nos sacs à vrac pour les fruits et légumes même au supermarché. Si on oublie ou qu’on n’en a pas assez, on prend les sachets en papier que l’on recycle pour nettoyer la litière du chat.

    La poubelle tient quand même plus longtemps qu’avant mais ne diminue plus.

    On continue d’avoir le réflexe d’aller au supermarché. Ce n’est pas grave en soi mais du coup on ne réduit plus les achats de produits emballés comme le pain de mie, parfois encore les pâtes, le poulet en barquette, le fromage… Par flemme, et parce qu’on n’aime plus spécialement aller au supermarché, on commande sur internet pour faire du Drive.
    Du coup, on est moins tenté d’acheter du superflu mais les déchets persistent.

    A chaque Drive, je leur rend les sachets de courses vides du précédent Drive. Je suppose qu’ils sont réutilisés pour d’autres clients…

  2. Les cosmétiques maison

    Mon compagnon se contente du minimum donc je suis plus concernée… Je vous parlais de ma quantité de produits cheveux, visage et corps sans parler de maquillage.

    Une des solutions ZD est déjà de diminuer le nombre produits parce qu’en vérité tout n’est pas utile.
    Ensuite, il ne faut ouvrir qu’un produit à la fois pour ne pas faire de gâchis.
    Puis, faire soi-même si possible avec des produits qui ont plusieurs usages, souvent des produits de la cuisine que l’on peut utiliser pour la cosmétique.

    Là où je veux en venir c’est que j’ai pris goût au DIY cosmétique que l’on peut personnaliser ne fonction de soir. Le piège est que j’ai investi dans des produits bruts (souvent chez Aroma-zone parce que le coût des produits est raisonnable). Certes, les quantités me permettent de créer plusieurs produits cheveux, corps et visage pendant plusieurs mois.

    Le problème est que j’ai accumulé, à mon goût, trop de produits (poudres, hydrolats, huiles essentielles…). Cela fait donc des emballages à jeter plus tard.

    Ma résolution est donc de noter les « recettes » dont j’ai vraiment besoin, si possible avec des produits en commun. Et bien sûr terminer ceux que j’ai déjà acheté.

    Pour rappel vous pouvez trouver des DIY là, ici ou encore là.

  3. La machine à café

    Ici, il s’agit du péché mignon de mon compagnon. Je ne suis pas une adepte de café et s’il ne s’agissait que de moi, je me débrouillerais pour en trouver en vrac et d’en faire avec une cafetière italienne ou à la turc.

    Pour l’instant, nous sommes toujours à la cafetière à capsules. Niveaux déchets et pollution on est donc pas terrible…
    Il me reste à convaincre Monsieur de changer de système. La cafetière italienne est à exclure car il y a trop de manipulation à son goût pour le matin. Je peux comprendre.

    Le top serait une cafetière qui moud des grains automatiquement (Krups, Delonghi…), du coup il resterait juste à trouver des grains de café en vrac! Ce n’est pas donné mais ce serait un bon compromis!

    En attendant, mon petits gestes est d’ouvrir les capsules pour récupérer la café afin de le mettre au compost avec le mini filtre. Je mets les capsules au recyclage même si, il me semble, qu’elles sont trop petites pour être recyclées. Je crois que certaines déchetteries ont des récupérateurs de capsules. Il faudrait que je me renseigne.

 

Voilà pour quelques fails que j’avais à partager avec vous.Ce n’est pas la catastrophe non plus. On ne culpabilise pas mais on connaît nos points faibles. Et vous, quels sont vos difficultés ou vos points d’amélioration?

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.