Le zéro déchet petit à petit

Le zéro déchet petit à petit

Salut Salut!

Quand on prend conscience qu’il faut changer notre façon de vivre pour être en accord avec notre façon de penser, le plus dur est de savoir par où commencer. Ici, il s’agit de zéro déchet.

Eh oui, cela ne suffit pas de lire des livres, des magazines, de liker et partager des vidéos dans notre fil Facebook, de râler dans notre barbe contre les gens qui enfouissent leurs mégots dans le sable ou encore contre l’industrie alimentaire qui sur-emballe les aliments…

Alors par où commencer quand on veut devenir zéro déchet? Déjà chez soi, il y a pleins de petites habitudes faciles à changer sans grands investissements financier ou de temps, ça va même vous faire gagner un peu d’argent!
Il ne faut pas vouloir tout faire d’un coup, au risque de se décourager. Il n’est pas simple de changer ses habitudes alors autant commencer par de petites actions, si en plus il faut perturber le quotidien de Monsieur autant que ce ne soit pas trop contraignant!

Premières petites actions zéro déchet

 

Les cotons démaquillants lavables:

Cela fait maintenant 2 ans que j’utilise des cotons démaquillants lavables et de ce fait réutilisables! Je me souviens qu’avant je devais utiliser 4-5 cotons par jour (les jours où je me maquillais notamment). J’achetais les sachets de 120 disques de coton à environs 50 centimes pour que ça me dure le mois. A raison de 12 mois de l’année ça faisait 6 euros. Vous allez me dire ce n’est pas grand chose 6 euros. Je suis d’accord, mais d’abord c’est toujours ça de gagner et ensuite, ça fait 1440 cotons par an de moins (avec leur emballage plastique) dans ma poubelle. Surtout, j’ai l’impression de lutter à mon échelle contre les tonnes d’eau et de pesticides utilisés pour les fabriquer.

J’ai cousu mes propres disques de coton avec du tissus éponge (en bambou bio) que j’avais acheté. Les prochaines fois, je réutiliserai des serviettes de bain un peu anciennes.
Je les ai fait à la machine à coudre, on peut très bien les coudre à la main aussi. J’ai fait un trousseau de 40 cotons pour commencer. C’est idéal pour faire un roulement de nettoyage sans devoir le faire au jour le jour.

L’entretien est facile, après m’en être servi, je détache vite fait au savon de Marseille (un morceau poser près de mon lavabo). Je dépose dans un bocal qui, une fois rempli, part à la machine à laver du quotidien. J’ai fini par en coudre à ma famille, des amies et des collègues qui trouvaient le concept sympa et beaucoup moins cher que de les acheter ;-). De nombreux commerces en vendent maintenant. Je pense notamment à « Les Tendances d’Emma », « Avril« , « Lamazuna«  et bien d’autres encore. Personnellement, je ne les ai pas testé et vous?

 

Les mouchoirs en tissus:

Je vous entends déjà faire « beurk »! Et oui, le marketing est bien ancré dans notre tête. Même réflexion que pour les cotons jetables sur l’environnement et les déchets.
J’ai réutilisé une boite de mouchoirs en papier pour les ranger. Ces mouchoirs en tissus je les ai également cousu. Cette fois-ci je n’ai pas acheté de tissus :-). J’ai utilisé un bas de pyjama usé mais du coup avec un tissus fin et doux puis une partie d’un drap qu’on m’a donné. On peut également les acheter si on ne veut pas s’embêter! Ou alors demander à ses parents ou grands-parents s’ils n’en ont pas gardé.
Vous allez me dire…et les microbes!?! Ben pas de problème, d’abord j’en ai fait plein, donc on les utilise comme les jetables (je dis « on » parce qu’on est deux à la maison) sauf qu’on ne les jette pas. On les met directement dans le bac à linge. Je les lave avec le linge à 60°. Si cette machine tarde, je les mets avec le linge quotidien à 30°. Dans tous les cas, je les repasse avec un petit coup de vapeur pour bien tuer les microbes et c’est bon! Et finalement même Monsieur s’y est fait facilement!

 

Le papier absorbant/essuie-tout lavable:

Bon vous avez compris le principe maintenant. On a tout simplement arrêté d’en acheter et cette fois-ci je n’ai pas remplacé par une forme similaire. J’ai simplement pris de vieilles fringues genre 1 t-shirt en coton et 1 vieux pyj’ que j’ai découpé grossièrement en petits rectangles. J’ai tout mis dans une boîte de chocolat en poudre jaune vide (vous aurez reconnu la marque!).
Il est vrai qu’il y a plus esthétique comme boîte, mais c’était un jour de flemme et depuis je n’ai toujours pas changé. Au moins quand je dis « boîte jaune dans la cuisine » on trouve vite! Ça absorbe très bien et hop direct à la machine après utilisation.
Certaines personnes (moi-même avant!) utilisaient l’essuie-tout en papier comme serviette de table, vous allez me voir venir…! On a des serviettes de table en tissus maintenant, et ouais…

 

Stop-pub:

Ok vous allez me dire « tout le monde connait ça! », oui ben nous on n’en avait pas! J’aimais bien recevoir ma petite pub avec les nouveautés ou les promos. Comme on a changé nos habitudes de consommation et d’achat en supermarché, ça ne m’amuse plus et ça ne m’intéresse plus comme avant.
En plus, qu’est-ce que ça prenait comme place dans ma petite poubelle « jaune » d’appartement! Petite poubelle qu’on ne descend plus aussi souvent qu’auparavant. Une séance de corvée en moins, c’est toujours ça de gagné quand on est au dernier étage!
Mon stop-pub n’est pas aussi beau que l’officiel, je l’ai dessiné moi-même sur un morceau de papier qui partait à la poubelle et simplement scotché et ça a fonctionné tout de suite!
Si vous n’avez pas l’âme d’un artiste, vous pouvez en trouver sur internet à imprimer mais je ne me voyais pas gâcher une feuille pour un petit rectangle.

 

Voilà les 4 (voire 5 avec les serviettes de table) actions que l’on a mis en place en premier pour réduire nos déchets et faire un tout petit peu d’économie. Elle sont simples et rapides à faire et surtout ne perturbent pas trop le quotidien pour débuter dans la démarche Zéro Déchet.

Et vous, par quoi vous avez commencé?

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.